Buts et Actions

BUTS

Le M.N.D.A. se consacre depuis de longues années à un accompagnement personnalisé de ses adhérant ainsi qu’à la reconnaissance du droit aux origines par les instances gouvernementales, administratives et judiciaires et par l’opinion publique.

Pour ce faire, l’Association a structuré une médiation et développé une éthique de la connaissance des origines dans le respect tant des parents de naissance que des enfants et le cas échéant des parents adoptifs. Elle a organisé aussi différents colloques et participé à différentes conférences devant un public varié (professionnels, collégiens et lycéens…) ainsi qu’à diverses émissions de télévision et de radio.

ACTIONS

Le M.N.D.A. assure au quotidien, 4 catégories de services :

Une permanence téléphonique : pour assurer une écoute et délivrer des informations, sachant que ces actions sont également assurées via le site Internet de l’Association : http://www.mnda.st

Les bureaux sont ouverts :

– les lundi, jeudi, vendredi de 17H à 18H30

– le mardi de 9H à13H et de 14 H à 17 H

– le mercredi de 9H à 11H30

ATTENTION : ils seront désormais fermés pendant le mois d’août et du 22 décembre au 4 janvier inclus.

Un accompagnement personnalisé :

– des mères de naissance : dans la plupart des cas, il s’agit de les aider dans les démarches de la procédure de levée de secret. Le M.N.D.A. assure également l’information de femmes ayant un projet d’abandon sur leurs droits, les aides matérielles et financières auxquelles elles peuvent avoir droit et sur les différentes conditions de naissance (filiation connue, confidentialité ou accouchement dit  » sous X  » afin qu’elles prennent leur décision en toute connaissance de cause.

– des personnes en quête de leurs origines : l’Association assure une aide aux démarches de l’accès au dossier auprès des services ASE ou des OAA, avec saisine le cas échéant de la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) et désormais avec saisine du CNAOP .

– des parents adoptifs : outre l’information et le suivi de parents qui accompagnent leur enfant dans sa quête des origines, le M.N.D.A. fournit des informations juridiques et pratiques à de futurs adoptants ainsi qu’une orientation vers des associations de parents adoptifs, s’ils le souhaitent.

Un service de médiation :

Georgina SOUTY-BAUM assure depuis douze ans une préparation psychologique et pratique des retrouvailles afin de rapprocher progressivement ceux qui se cherchaient et qui ont expressément donné leur accord pour ce rapprochement. Son expérience permet d’atténuer les appréhensions réciproques, d’expliquer les attentes de chacun et de laisser du temps à chacun pour apprendre à se connaître. Le suivi des retrouvailles est assuré aussi longtemps que les personnes concernées le souhaitent. Il permet de s’assurer de la réalité de la volonté des parties, de mesurer le bonheur de retrouvailles réussies entre mères et  » enfant  » mais également entre  » frères  » et  » sœurs  » et enfin, d’accepter que dans certains cas la démarche ne puisse aboutir, au nom du respect de la vie privée d’autrui.

Le développement du droit aux origines :

– le MNDA est une force de proposition de réformes juridiques et sociales auprès des pouvoirs publics : après avoir établi différents états des lieux sur l’accès au dossier, les maternités et les O.A.A, l’Association a conçu en 1997 un projet de création d’un Conservatoire National des Origines, institution très proche du modèle du CNAOP et a participé activement aux travaux de préparation de la loi du 22 janvier 2002 relative au CNAOP ainsi qu’à la réforme des O.A.A.

– l’Association est un acteur de la réflexion sur le droit aux origines : outre ses contacts réguliers avec les services de l’Aide Sociale à l’Enfance, les O.A.A., des professionnels de la petite enfance et le personnel des maternités, elle a organisé différents colloques, dont le dernier, relatif à la loi du 22 janvier 2002, s’est tenu au Palais du Luxembourg, le 10 juin 2002. Elle a aussi à son actif différentes participations dans des émissions de radio ou de télévision ainsi que des publications dans des revues spécialisées ou dans la presse générale qui permettent d’expliquer à l’opinion publique l’intérêt d’un droit aux origines respectueux des différentes parties concernées (parents de naissance, personnes en recherche et parents adoptifs).